top of page
Rechercher

Mieux connaître nos Auteurs : Sarah Mostrel

1. Quelques mots sur vous et votre parcours ?


De formation initiale ingénieur, aujourd’hui journaliste reporter en presse écrite, écrivain, artiste, j’ai publié une vingtaine d’ouvrages depuis les années 2000 dont un roman : Un amour sous emprise (éd. Tredaniel) ; deux essais : Pour un humanisme éclairé (éd. Au pays rêvé) et Osez dire je t’aime (éd. Grancher) ; une correspondance littéraire, Il faut imaginer Sisyphe heureux (éd. Le Lys bleu, 2021) ; quatre recueils de nouvelles dont Révolte d’une femme libre, La dérive bleutée et D’Ombre et de lumière (2021) (éd. L’Echappée belle) ; des recueils de poésie dont, en 2020 : Le désespoir de Marguerite Duras (éd. Unicité), Rien à voir, suivi de Les (re)plis de l’histoire (éd. Z4) illustrés de mes dessins et peintures, et d’autres, illustrés de mes photos ; trois livres d’artiste (éd. Transignum) dont deux bilingues ; un livre de photos L’œil et le cœur (éd. Unicité, 1er trimestre 2022). Musicienne, j’ai sorti cinq albums de musique dont Ce qui nous lie en tant qu’auteur-compositeur-interprète en 2021. Médaillée Arts-Sciences-Lettres, je figure dans des anthologies poétiques et j’ai reçu plusieurs prix.

1. Parlez-nous de votre livre "Femmes Inspirantes"


Le livre se veut mettre en exergue celles qui ont combattu en leur temps pour un monde meilleur. Sans ces femmes qui ont osé, nous n’aurions pas atteint le cadre de vie moderne actuel. Elles ont révolutionné la pensée, été un modèle pour nos contemporains. Elles gagnent à être connues et reconnues. D’Olympe de Gouges à Simone Veil en passant par Rosa Parks, George Sand ou Marie Curie, elles ont participé à l’émancipation du genre féminin, lui ouvrant la voie en matière de politique, de science ou d’art. Défenseuses des droits fondamentaux, humanistes, pionnières de la première heure, ces femmes inspirantes incarnent la liberté, l’égalité et un sens de la justice. Des valeurs reprises par moult leaders actuels mais aussi par bien des anonymes, heureux de prendre exemple sur ces remarquables précurseurs. Exploratrices, ambassadrices, vouant leur vie à un idéal, ces aventurières se sont démarquées par leur goût du risque et le courage de s’affirmer en bousculant une société qui ne leur laissait souvent pas de place. Entretenir leur mémoire, rappeler leurs révolutions, c’est ce que je m’’applique ici à faire. Vivre la vie dont on rêve, accepter « la grande aventure d’être soi » (Simone de Beauvoir) n’est-il pas le plus bel adage ?


2. Quelles sont vos lectures, influences ?


Stefan Zweig, John Steinbeck, William Faulkner, Michel Houellebecq, Gabriel García Márquez, mais aussi Fernando Pessoa, Louis Aragon, Guillaume Apollinaire...

3. Quels sont vos nouveaux projets en cours ?

Un livre de poésie. Un essai sur les seniors. Un livre d’art.


4. Ecrire : pourquoi ?


Pour poser des mots sur le monde, l’analyser, mieux le comprendre, avec du recul. Faire passer un message, transmettre, participer à un monde meilleur, plus humain. Quand l’éthique et l’esthétique se mêlent, que la beauté fait surface, la partie est presque gagnée. Ecrire est un engagement, une responsabilité, la création est un formidable moyen de remettre les compteurs à zéro et de rebondir au mieux. Au commencement était le verbe. L’assortir de couleurs, l’orner de compléments, de propositions saines, sans oublier le passé, permettra de prévenir dlepire et de prédire un avenir radieux.


5. J’ai 18 ans, quel conseil voulez-vous me donner pour la vie ?


Va au bout de tes rêves. Ose, n’aie peur de rien, sois toi-même, va vers le bon, cherche le discernement, va à contre-courant si tu juges que c’est nécessaire, vise haut, en toute modestie, avec énergie, avec foi.


6. Un fait d’histoire important ou qui vous a marqué ?


Les mouvements de libération de la femme, les mouvements de libération de la parole, les #Metoo.


7. Un pays, un peuple ?


La création de l’Etat d’Israël, où j’ai vécu, est un formidable événement.


8. Vous auriez aimé vivre à une autre époque que celle-ci ? Si oui, laquelle ?


Le temps de l’amour courtois devait être joyeux. Mais je crois que j’aimerais vivre dans l’avenir, lorsque l’égalité hommes-femmes sera réelle, lorsque l’humanisme sera valeur première, et lorsque les artistes seront de nouveau plus courtisés et aidés.


9. Une passion ?


L’art, indéniablement, que je pratique. L’écriture bien sûr, que j’aime manier sous différentes formes.

La musique : je me produis sur les scènes parisiennes et je viens de sortir mon 5e album, Ce qui nous lie.

La peinture et la photo, qui m’accompagnent au jour le jour. J’expose régulièrement.


10. Un livre sur une île déserte, lequel ?


100 ans de solitude de Gabriel García Márquez


11. Un « coup de gueule » ?


Plus d’un ! En tant qu’humaniste, je me révolte contre le racisme et l’antisémitisme, contre le manque de discernement, contre l’égoïsme et l’individualisme, contre la lâcheté, contre es abus de pouvoir, contre l’impuissance, la passivité, le manque de solidarité, l’injustice etc.


83 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
Post: Blog2_Post
bottom of page